Livre : Une Semaine dans la vie de Stephen King - Alexandra Varrin - Editions Léo Scheer

Publié le par Françoise BACHELET

Livre : Une Semaine dans la vie de Stephen King - Alexandra Varrin - Editions Léo Scheer

Du 12 au 16 novembre 2013, Stephen King était à Paris, pour la première fois de sa carrière, à l'occasion de la parution de "Docteur Sleep", thriller considéré comme la suite trente-six ans après, de "Shining".

Pour Alexandra Varrin, fan depuis son enfance de Stephen King, commence un drôle de marathon, à l’allure de parcours du combattant, dont l’organisation a été mise au point tant bien que mal plusieurs mois à l’avance. Le but est clair : il s'agit d'assister aux cinq rendez-vous organisés pour la promotion de ce nouveau livre. Et elle n'en manquera pas un seul.

D'abord, une conférence de presse pour plus de 300 journalistes à laquelle, en remuant ciel et terre, elle réussit à participer. Puis une séance de dédicaces à la librairie MK2 Bibliothèque, devant laquelle des aficionados venus de toute l'Europe dorment, depuis la veille. Vient ensuite l'émission de François Busnel, La Grande Librairie : une heure entièrement consacrée à l'écrivain, Alexandra Varrin est dans le public. Le lendemain, elle fait partie des élus qui, à la suite d'un jeu-concours portant sur l'oeuvre de Stephen King, s'entretiennent avec lui dans l'émission que Le Mouv' lui consacre. Et enfin une lecture-conférence organisée au Grand Rex.

Au fil des pages et de ces instants privilégiés, on découvre et comprend la nature et la force du lien qui existe entre Alexandra Varrin et Stephen King, ainsi que l’importance et le rôle qu’il a eu, à son insu, dans la quête identitaire de cette dernière. Fille d'une mère excentrique et d'un père inconnu, élevée par ses grands-parents, elle était une enfant précoce, mal dans sa peau. La peur qui l'étreignait au contact des autres l'obligeait à vivre en solitaire. Jusqu'au jour où Stephen King lui a ouvert les portes du monde extérieur, en lui transmettant des principes et des valeurs qui l'ont aidée à se construire.

Au fil des pages, Alexandra Varrin se dévoile et nous explique les raisons qui l’ont poussée un jour elle à écrire sur la première page d’un cahier à gros carreaux « Le Fléau 4 ». Et comment 288 pages plus tard, écrites à la main, le virus de l’écriture s’était emparé d’elle et ne l’a plus quitté depuis. Non pas dans un but mercantile mais parce que ça l’amuse et lui permet d’amuser d’autres personnes. Mais l’écriture n’est comme elle dit que la moitié du boulot. Si l’on veut être publié, il faut s’atteler à faire sa promotion et ça elle aime beaucoup moins.

Au fil des pages, on découvre aussi l’œuvre et l’univers de Stephen King, ainsi que sa vie et son parcours. Alexandra Varrin nous livre une analyse très juste et pointue des livres fétiches du « maître ». Et avec le même formidable talent de conteur que lui, elle nous donne à lire "Christine", "Shining", "Le Fléau", "Ça", "Misery", "La Tour sombre", pièces maîtresse de l'univers de Stephen King »... Autant d'univers et de personnages qui l'accompagnent et l'ont façonnée. Pour preuve, les tatouages, en référence à ces derniers, dont elle constelle son corps.

Dans ce roman qui mélange hommage et autobiographie, Alexandra Varrin nous invite également à réfléchir au rapport qu'on entretient à la fiction, comme révélateur de ce que l'on est. En conclusion, une lecture intéressante qui pousse à la réflexion et donne vraiment envie de découvrir ou de relire l’œuvre de Stephen King.

Publié dans Romans Français

Commenter cet article