BD : Envols T2 : Là où vont les rêves – R. Seiter, N. Kempf & L. Russo – Editions du Long Bec

Publié le par Françoise BACHELET

BD :  Envols T2 : Là où vont les rêves – R. Seiter, N. Kempf  & L. Russo – Editions du Long Bec

Maëlle et le professeur Vallery, les deux héros du précédent tome (Envols. Saint Exupéry en Alsace), décollent pour de nouvelles aventures. Après avoir résolu le mystère du manuscrit strasbourgeois de Saint-Exupéry, ils participent cette fois-ci à… une émission de télé-réalité !

Son principe : un groupe de jeunes gens est rassemblé dans un vieux Douglas DC-3 pour voyager sur les traces de l’Aéropostale, de Toulouse à Santiago du Chili. Au Maroc, au Sénégal, au Brésil, comme à chaque escale, des épreuves éliminatoires attendent les candidats.

Mais un accident au-dessus de la Cordillère des Andes interrompt le voyage. L’avion s’écrase au pied de la Aguja de los Suenos, le Pic des Rêves, une montagne légendaire vers laquelle, dit-on, s’en vont les songes une fois qu’ils ont été rêvés.

Au pied de la montagne, Maëlle, Vallery et les autres survivants découvrent un cimetière d’avions de toutes les époques. Ils sont recueillis dans un village indien. Les objets récupérés sur les épaves agrémentent curieusement la vie des habitants ; des tableaux de maître, des livres de prix, et notamment une édition rarissime de Don Quichotte ; bref, des éléments d’un important trésor autrefois volé par les Nazis à la famille Picasso.

Entre l’appât du gain, la soif du savoir, le respect des populations et les vieux serments, c’est ici, au pied du Pic des Rêves, que les passions et les rêves vont s’affronter…

Les auteurs de cette série sont bel et bien accro à Saint Exupéry, puisque dans ce second tome, il est encore le fil conducteur du scénario. Mais pas que et il semble bien aussi que les auteurs, toujours eux, aient quelques messages à faire passer. Comme par exemple, sur les programmes de télé-réalités, qu’ils ne semblent pas porter dans leur cœur. Et en rajoutent une couche en rappelant qu’en 1945, alors qu’un Reich supposer durer mille ans s’effondrait, plus d’un dignitaire nazi tentait sa chance en Amérique.

Sinon, on aime les personnages qui ont du caractère et, finesse scénaristique, ne correspondent pas forcement à ce que le lecteur croit deviner en eux dans un premier temps – une fausse écervelée, un producteur derrière le cynisme duquel se cache un homme fidèle à la mémoire de son père … Ainsi que le trait de crayon et les couleurs des dessins, qui ont parfois un petit côté rétro, bien agréable.

Sur le mode de l’aventure et du thriller, les auteurs livrent un récit plein de surprises qui sait scotcher le lecteur.

Publié dans BD

Commenter cet article