Livre : La Belle au Bois Dormant – Sarah Gibb – Gallimard Jeunesse

Publié le par Françoise BACHELET

Livre : La Belle au Bois Dormant – Sarah Gibb – Gallimard Jeunesse

Un roi et une reine sont comblés, ils ont enfin eu une fille. A cette époque, une tradition voulait qu’à la naissance d’un enfant royal, on organise une grande fête à laquelle toutes les fées soient conviées. Or une fée, la fée Carabosse, que personne n’avait vue depuis plus d’un siècle et qui n’avait donc pas été invitée, arriva avec l’intention de se venger.

Le jour de la fête, les fées se penchèrent sur le berceau d’Aurore qui lui offrirent chacune un don : la beauté, l’intelligence, la grâce, la gentillesse, la chance en amour, etc. Quand soudain, la fée Carabosse lui prédit qu’à l'âge de seize ans, elle se piquera le doigt sur le fuseau d'un rouet et qu’elle en mourra. A cet instant la plus minuscule des fées sortit de l’ombre et prédit qu’elle se piquerait bien le doigt mais qu’elle n’en mourra pas ; elle tombera dans un profond sommeil qui durera cent ans, au bout desquels un beau prince viendra la réveiller. Dès le lendemain, pour éviter que ce destin ne se réalise, le roi proclame une loi interdisant tout fuseau dans la région.

Seize ans plus tard, alors que ses parents sont absents, la jeune princesse découvre dans le palais l’existence d’une vieille servante qui, ignorante de l’édit du roi, filait. Curieuse, la princesse veut apprendre à se servir de cet objet si nouveau pour elle, elle se pique et tombe endormie.

La petite fée mit à exécution le plan qu’elle avait conçu, elle endormit tout le royaume. Les jours passèrent puis les semaines, les mois et les années, et la légende de la princesse victime d’un sort maléfique se rependit hors du royaume. On entendait dire que le palais regorgeait de fabuleux trésors mais que s’en approcher portait malheur. Certains essayèrent de trouver un chemin à travers les ronces mais finissaient par abandonner.

Presque cent ans plus tard, un jeune et beau prince, de retour de la chasse et ayant perdu ses compagnons, aperçoit le château et va délivrer la Belle endormie, en l’embrassant. Le royaume sortit de sa torpeur, la vie reprit son cours et on organisa une grande fête pour leur mariage.

Sarah Gibb nous offre une merveilleuse adaptation du célèbre conte de la Belle au Bois Dormant. Ses illustrations mêlent des dessins d'une extrême délicatesse et d'une très grande sensibilité pour exprimer par exemple le bonheur et la beauté, avec des silhouettes noires genre théâtre d'ombre qui elles expriment le malheur, la peur. C’est féérique.

Publié dans Jeunesse

Commenter cet article