Le film de la semaine : PHILOMENA

Publié le par Françoise BACHELET

 livres_a_lire_philomena_lefilm.jpg

 

Synopsis : Irlande, 1952. Philomena Lee, encore adolescente, tombe enceinte. Rejetée par sa famille, elle est envoyée au couvent de Roscrea. En compensation des soins prodigués par les religieuses avant et pendant la naissance, elle travaille à la blanchisserie, et n’est autorisée à voir son fils, Anthony, qu’une heure par jour. À l’âge de trois ans, il lui est arraché pour être adopté par des Américains. Pendant des années, Philomena essaiera de le retrouver.
Quand, cinquante ans plus tard, elle rencontre Martin Sixmith, journaliste désabusé, elle lui raconte son histoire, et ce dernier la persuade de l’accompagner aux Etats-Unis à la recherche d’Anthony.


Philomena est l'adaptation du roman Philomena: The True Story of a Mother and the Son She Had to Give Away écrit par Martin Sixsmith, basé sur la propre histoire de l'auteur. L'adaptation a été co-écrite par Steve Coogan qui joue également le rôle de Martin Sixsmith dans le film.

 

La Bande Annonce :


 

 Ce qu’en pense Renan Cros / Premiere 

Avec ses personnages caricaturaux et son secret de famille sur fond de violons bien sentis, on imaginait Philomena filant droit dans le mur du feuilleton pour dame âgée. Force est de constater que le trio Stephen Frears-Steve Coogan-Judi Dench a réussi à faire de ce récit en apparence balisé un petit miracle de cinéma. Alors que l’on s’attend à une énième comédie des contraires, le scénario abat ses cartes, le ton se fait plus grave et l’opposition des personnages plus profonde. Car, entre la colère noire de Martin Sixsmith et la mélancolie de Philomena, ce sont deux visions du monde qui s’affrontent ici sur fond de crise de foi. Mais Frears ne tranche jamais et préfère bousculer les certitudes du spectateur en mettant les personnages face à leurs contradictions. À l’opposé d’un certain cynisme ambiant, Philomena a la qualité d’être simplement un beau film.

 

A noter :

Le jury de la Mostra de Venise a été conquis par Philomena puisqu'il lui a décerné, lors de son édition de 2013, deux prix. Le Prix Osella, qui récompense le meilleur scénario, et le Queer Lion, qui récompense un film à thématique homosexuelle parmi ceux de la compétition officielle ou d'une compétition parallèle.

Publié dans Films

Commenter cet article