Livre : Et pourtant, je l’aimais - Sarah B - Editions du Rocher

Publié le par Françoise BACHELET

livre_livres_a_lire_et_pourtant_je_l_aimais.jpgEn France, tous les deux jours et demi, une femme succombe sous les coups de son conjoint. Les violences conjugales sont la première cause de mortalité chez les femmes de seize à quarante ans. Elles ont été déclarées "grande cause nationale 2010" par le Gouvernement.

 

Durant 18 ans, Sarah B. a été martyrisée et suppliciée par son mari. Si elle a décidé de prendre la plume, accompagnée de Christophe Buchard, reporter à Paris Match, c’est tout d’abord parce qu’elle a réussi à s’en sortir mais c’est surtout pour raconter son calvaire de femme battue, essayer de décrypter les différentes phases de cet engrenage qui se met en place petit à petit, avec une escalade dans la violence et qui finit par ressembler à une spirale sans fin dans laquelle il ne semble pas y avoir d’espoir d’y échapper, sauf à penser au suicide, chose qu’aucune femme, mère de famille ne peut envisager. L’incompréhension, l’avilissement, la culpabilité, l’enfermement, l’approbation ou du moins la non intervention des autres membres adultes de la famille, le regard des enfants, jusqu’au danger de mort auquel elle était exposée, sont des sensations et notions bien décrites et développées.  

 

Les commentaires du psychiatre Roland Coutenceau sur ce témoignage-choc, nous rappelle que le schéma qui se met en place est toujours le même. De cette constatation, il est donc fondamental de faire savoir aux victimes qu’elles doivent briser le silence sans plus attendre, et qu’il existe plusieurs types de prises en charge possibles en fonction du cas de chacune, aux familles, voisins, employeurs et personnel de santé, qu’au premier soupçon, il ne faut pas hésiter à " crever l’abcès " et à inciter la victime à se confier. L’ entretien avec Eric de Montgolfier procureur de la République au parquet de Nice, démontre aussi le rôle que peut jouer la justice, avec un rôle de médiation dans un premier temps. Il existe aussi des associations spécialisées, qui épaulent de façon efficace et réaliste, les femmes qui en ont besoin, en les prenant en charge ainsi que leurs enfants, afin d’organiser une nouvelle vie, c’est ce que nous explique Corinne Peirone, présidente de l’association Séparation-Info-Service.

 

Ce livre est un message d’espoir, pour que les victimes sachent qu’elles ne doivent pas se sentir coupables, que ce n’est en aucun cas de leur faute, qu’elles n’ont pas à subir les violences de leur conjoint et qu’il y a des gens prêts à leur venir en aide. 

 

Publié dans Société

Commenter cet article

Buchard 22/11/2010


Je vous remercie d'avoir pris le temps de lire le témoignage de Sarah et de le commenter.
Christophe Buchard


amira 01/01/2011


je vraiment touché par son témoignage sarrah mais je me dit comment elle a eu le courage dattendre tout se temps je laime beaucoup je lui souhaite beaucoup de bonheur et de profité de la vie et
inchallah un jour trouvé le bonheur avec un autre homme pour oublié tout sa sinon sa lui marquera toujour dans sa vie bizzzzzzzzzzzzzzzz


emy 11/01/2011


je viens de lire la 4eme page de cette écraivain beh je trouvais que le thème abordé existe partout et il touche quasiment l'ensemble de nos soeurs de nos amies et méme de nos mère. je trouve sa
intéréssant si son roman se trouve dans le maghreb"l'algerie en particulier veuillez bien mr dire car je veux bien faire mon mémoire sur un thème pareil.merci et bon courage .